fbpx

Octobre Rose : Quo Vadis s’associe à Skin !

Rencontres
quo-vadis-skin-association-collab-octobre-rose

Durant le mois d’octobre, nous unissons nos forces avec l’association Skin afin d’aider les personnes touchées par le cancer à se reconstruire ! Aussi, nous sommes fiers de reverser à Skin 100 % des ventes réalisées sur notre boutique en ligne pendant la période du 3 au 5 octobre pour permettre à l’association de multiplier ses projets.

Nous sommes donc allés à la rencontre de Cécile Reboul, la fondatrice de l’association Skin pour en découvrir un peu plus sur l’association et les belles actions qu’elle mène.

Cécile, quelle est la genèse de l’association Skin ?

Il y a quelques années, comme beaucoup d’autres femmes j’ai eu un cancer du sein et subi une double mastectomie. Pendant la période de médicalisation, on est très bien accompagnée par le corps médical et par nos proches. On suit les soins avec rigueur et tout se déroule de façon structurée. Mais après le parcours de soins, on se retrouve seule face à soi-même. On prend brutalement conscience de la violence du choc, de ce qu’on vient de traverser… On n’est définitivement plus comme avant mais on n’est pas encore « comme après ». À ce stade, on ne sait plus qui on est, on est complètement perdue, on flanche et on n’ose pas se l’avouer, encore moins l’avouer aux autres, qui ne peuvent pas comprendre tant ils sont convaincus que le pire est passé et que tout est « comme avant ». On prend un temps fou à digérer tout cela, on se retranche et on culpabilise de ne pas aller bien alors qu’on est en vie.

On parle beaucoup aujourd’hui du retour au travail après le cancer, mais parlons d’abord d’un retour à soi avant de pouvoir retourner aux autres. Il faut déjà réussir à déculpabiliser, à se consoler, à savoir qu’on veut guérir et se réparer… Après mon parcours de soins, j’ai eu la chance de rencontrer Karine Zibaut, une photographe avec qui j’avais au départ le souhait de créer un livre… Tandis que je rédigeais les textes, Karine me prenait en photo. Cette création croisée a été une révélation. Grâce au regard bienveillant de Karine, mais aussi à la mise à distance de l’image, j’ai pu me redéfinir, retrouver ma féminité, mon intégrité, naître à moi autrement.  La démarche créative a été essentielle, elle m’a permis de libérer mes émotions, de retrouver du plaisir et de me réinventer. Grâce à cette incroyable aventure artistique en binôme, j’ai su que j’étais alors en mesure d’aider les autres. Skin était née.

Cecile reboul - fondatrice skin

Pourquoi le nom Skin ?

Skin désigne la « peau » en anglais. La peau est l’organe le plus grand du corps, mais elle signe aussi votre histoire à travers vos cicatrices. Les cicatrices sont des jalons, des repères du temps passé. La peau est aussi cet organe prodigieux qui se régénère le plus vite. Par conséquent, l’association Skin, c’est l’image d’une réinvention, d’une cicatrisation psychique et émotionnelle. Ce que les Anglais appellent « emotional healing« . A travers ce nom, nous souhaitons montrer que la rencontre avec l’artiste ou le sportif permet de naître à soi-même, une nouvelle fois. C’est un cheminement. Skin, c’est l’histoire d’une mue réussie.

Que fait l’association ?

Nous sommes 9 au sein de l’association. Nous mettons en relation des artistes ou des sportifs avec des personnes touchées par le cancer. Chaque artiste ou sportif donne de son temps et de son savoir-faire pour aider la.le patient.e à se projeter, à réaliser une œuvre ou une performance.

C’est un cercle vertueux car dans le binôme, chacun se nourrit de l’univers de l’autre. Le travail artistique qui naît de cette relation permet aux patient.es de déposer leurs émotions, de sortir de l’isolement, de se resocialiser, de retrouver du plaisir et de prendre le temps nécessaire pour aller mieux. Quand les mots ne suffisent plus, la création en partage encourage l’émancipation, le dépassement de soi et libère la parole pour mieux se réinventer…

Comment se passent les rencontres artistes/sportifs-patient.es ?

Nous créons les binômes en fonction des demandes et des attentes des patient.es. Nous provoquons les rencontres. Chacune de ces dyades avance librement dans son projet de co-création, pendant environ 12 mois. A l’issue de cette année de collaboration, les créations et performances sont restituées dans des lieux prestigieux puis photographiées pour être exposées dans les hôpitaux. Elles véhiculent ainsi un message fort aux patients, personnels soignants et visiteurs. Ainsi, après s’être consolés et réparés grâce à la médiation Skin, les bénéficiaires de l’association, « passent le relais » à d’autres qui commencent leurs traitements : ces photos sont le témoin d’une mue réussie.

Quelles sont les disciplines que vos bénéficiaires peuvent expérimenter avec les artistes ou sportifs ?

Tout est possible en fonction des demandes ! Jusqu’à présent, les disciplines explorées sont : la danse, le chant d’opéra lyrique, le théâtre, l’écriture, le stylisme, la peinture, la photographie, le parfum, la pâtisserie, le dessin, la sculpture, la vidéo, la joaillerie, la vidéo, le saut en parachute, le rallye automobile… Et la liste est loin d’être exhaustive !

Avez-vous un exemple de binôme Skin particulièrement marquant ?

Tous nos binômes s’avèrent de merveilleux exemples de rencontres humaines. Je me souviens de cette femme, très en colère contre sa maladie. Elle m’avait confié dans un souffle « j’aimerais qu’on me fasse danser mon cancer ». Nous lui avons permis de rencontrer une chorégraphe avec qui elle s’est immédiatement entendue. Toutes deux vivaient en Bretagne. Ensemble, elles ont imaginé, mis en scène et interprété une chorégraphie pour Skin, pendant Octobre Rose, à Paris. J’ai appris par la suite qu’elles avaient continué à produire leur chorégraphie dans des hôpitaux chez elles en Bretagne !

Skin, ce sont de belles énergies qui se croisent, qui grandissent ensemble et continue d’essaimer au-delà ! Quelle joie !

Comment peut-on vous aider, faire un don ou s’engager ?

L’après cancer est un véritable sujet de santé publique, qui impacte d’abord les patient.es, mais aussi la société toute entière. Sachez tout de même que 2 personnes sur 3 touchées par le cancer estiment que l’après est plus difficile à vivre que la maladie ! Et les séquelles (physiques, psychiques, sexuelles, familiales, sociales, économiques, professionnelles…) peuvent durer jusqu’à 25 ans après le diagnostic !

La récolte de fonds nous permet bien sûr d’aider toujours plus de patient.es à se relever, mais aussi d’alerter les pouvoirs publics sur les coûts réels de cet « après ».  Pour nous aider, rendez-vous sur notre site internet, vous pourrez alors faire un don à l’association, adhérer ou même proposer un projet de partenariat.

Quelles sont les actualités de l’agenda de l’association pour les mois à venir et pour 2022-2023 ?

La troisième édition du rallye des Amazones, qui rassemble des propriétaires de voitures anciennes et des patient.es copilotes le temps d’une journée plaisir en Centre-Val de Loire ; de nombreux projets en binôme, à commencer par un clip vidéo et une BD ; la quatrième édition de notre spectacle Skin Sketchs (duos patient.es-comédien.nes) ; un projet d’exposition ; des sorties culturelles au concert, au théâtre, au musée, mais aussi de nombreux ateliers collectifs et tables-rondes qui permettent à nos bénéficiaires de retrouver l’élan vital…

Sans oublier bien sûr l’événement de l’année : la soirée des 10 ans de Skin en novembre prochain ! Que de chemin parcouru ! Et que de chemin encore à parcourir ensemble !

Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site de l’association SKIN.

Commentaires
    Écrire un commentaire

    Ce site est protégé par reCAPTCHA et par la politique de confidentialité et les conditions d'utilisation de Google : Politique de confidentialité & Conditions d'utilisation.