Comment Quo Vadis recycle ses papiers ?

Actualités

Tous les ans chez Quo Vadis, ce sont plus de 150 modèles d’agendas et des milliers de variantes qui sortent de l’usine. Alors pour éviter le gâchis de papier, de nombreuses actions sont mises en place. Nous vous les présentons à l’occasion de la semaine du développement durable.

1ère étape : limiter le papier à la source

L’une des principales causes de pertes de papier lorsque l’on fabrique des agendas, vient des variantes de formats qui sont imprimés. Par exemple sur les petites séries de production, on a pu engendrer dans le passé jusqu’à 30% de pertes de papier. Mais aujourd’hui, les formats des intérieurs d’agendas sont optimisés pour limiter ces chutes. Puis, enfin, lorsque l’on effectue des tests sur les machines avant de lancer une production, nous utilisons du papier déjà imprimé. Ainsi, moins de gâchis à la source !

Le papier : matière première chez Quo Vadis

Le papier, la matière première majoritaire des produits Quo Vadis, provient d’une ressource renouvelable et facilement recyclable. Tous les papiers utilisés par l’entreprise sont fabriqués à partir de techniques de blanchiment du papier pauvre en chlore. Le papier utilisé est principalement du papier Clairefontaine, fabriqué en France dans les Vosges. On compte plus de 800 tonnes de papier recyclé ou revalorisé annuellement !

Le recyclage en pratique dans l’entreprise

Les bacs à disposition près des postes de travail pour s’assurer d’un bon recyclage.

Chaque salarié est sensibilisé à la démarche de recyclage. Au sein de l’usine, des bacs sont installés à côté des postes de travail et des ateliers.

En parallèle du papier, les déchets recyclables sont valorisés après une collecte spécifique et propre à ces produits (cartons, matière PVC, bois, bouteilles d’eau, films plastiques…). On note plus de 200 tonnes de déchets autre que papier qui sont recyclés par an et trouvent une seconde vie !

Les autres déchets, par exemple les déchets liquides issus des impressions sont collectés et récupérés par une entreprise agréée qui les revalorise. Les déchets informatiques sont également récupérés. Pour les déchets dangereux (aérosols, piles, bidons souillés), ils sont traités via une filière dédiée.

En résumé, le développement durable chez Quo Vadis, c’est entre autres…

Pour en savoir plus sur les engagements de Quo Vadis pour l’environnement, consultez notre charte environnement.

Un article de la Rédac Quo Vadis

Commentaires
    Écrire un commentaire

    Ce site est protégé par reCAPTCHA et par la politique de confidentialité et les conditions d'utilisation de Google : Politique de confidentialité & Conditions d'utilisation.